Matières des chaussures

MATIERE DE NOS CHAUSSURES

 

Ci-après quelques unes des principales peausseries utilisées pour la fabrication des meilleures chaussures :
·
L'agneau est la peau du jeune mouton qui est utilisée principalement pour la ganterie et le vêtement, souvent dans les modèles de chaussures confort.
·
Le box calf
provient de veaux dont le grain naturel a été légèrement accentué et qui est ensuite glacé, repassé ou plaqué pour obtenir un aspect plus ou moins brillant.
·
Le carpincho
est une peau glacée utilisée en ganterie qui provient d'un rongeur aquatique d'Amérique du Sud. Son aspect ressemble au pécari.
·
Le chevreau
est souple, fin et brillant après tannage (souvent au chrome), ce qui le rend particulièrement adapté aux chaussures élégantes pour homme et femme. . Il se prête très bien au montage et n'est pas rétractable.
·
La chèvre velours
est une peau de chevreau tannée au chrome et finie sur chair avec une surface veloutée. Elle est souvent comparée au Nubuck, mais n'en possède pas les caractéristiques.
·
La croute de cuir
(ou cromo dans le Rio de la Plata), est la partie intérieure (côté chair) de la peau refendue. Lorsque les peaux sont épaisses, il est possible de les trancher 1 ou 2 fois dans le sens de l'épaisseur. La partie extérieure plus régulière est la partie noble, la croute a donc un aspect pelucheux.
·
Le daim
ne provient pas forcément de cet animal mais il désigne une peau tannée à l'huile de poisson ou une peau velours obtenue par ponçage.
·
La fleur
est la couche supérieure de la peau qui montre les pores et les particularités d'un animal donné, une fois que les poils ou la laine ont été retirés.
·
Le grainé
est un cuir sur lequel un aspect rugueux ou imitant la peau d'un animal est donné par pression à chaud de plaques de métal imprimées en relief.
·
Le métis
est une peau de mouton ou d'agneau tannée au chrome comportant un glaçage pour lui donner un aspect plus ou moins brillant. Il est utilisé pour les chaussures de femme principalement.
·
Le nubuck
est une très belle peausserie de bovin fort dont on a retiré la partie brillante (la fleur) par un léger ponçage qui lui donne un aspect velouté. Il se teint facilement et permet des couleurs particulièrement chatoyantes. La peausserie peut se nettoyer à l'eau et au savon doux. Il est préférable de bien l'imperméabiliser pour éviter les tâches.
·
La pleine fleur
se dit d'un cuir dont on a protégé la fleur pour lui garder son aspect naturel d'origine.
·
Le serpent
est principalement utilisé pour inclure des motifs décoratifs sur les tiges, compte tenu de son prix de revient. La variété la plus recherchée est le python qui peut prendre naturellement ou artificiellement d'extraordinaires teintes nacrées. On arrive à donner à certains cuirs l'aspect du serpent par impression à chaud. On reconnait la véritable peau de serpent au fait que les écailles font une véritable râpe lorsqu'on les caresse à l'envers. Attention, les véritables peaux de serpent ne se cirent pas.
·
Le suède
(ou Gamuza dans le Rio de la Plata) est le terme générique qui désigne une peau dont la surface a reçu un finissage velouté par l'action d'abrasifs.
·
La vachette
est une peau ordinaire provenant d'un jeune bovin.
·
Le veau
a souvent un fini après tannage qui permet de donner une finition légèrement brillante aux chaussures homme et femme.
·
Le veau velours
est une peau de veau avec un finissage velouté, fait sur chair et tanné au chrome.
·
Le vernis
est une peausserie sur laquelle on donnait la couleur par projection au pistolet à peinture d'une laque. De nos jours, on obtient un aspect brillant en appliquant une patte à base de résines plastique colorées. Il n'y a plus de problèmes d'entretien ou de fragilité. Il peut être imprimé par pression à chaud ou par ponçage pour lui donner un grain imitant, par exemple, les écailles de serpent ou de crocodiles.

A coté des cuirs et peausseries, nous utilisons pour nos chaussures
des tissus imprimés ou non, de différentes textures comme le satin, la dentelle (ou villone dans le Rio de la Plata) ou autres toiles résistantes

DU SUR MESURE

 

Création et conception de tous les modèles de la marque international Dance.

 

COMMENT CHOISIR SES CHAUSSURES TANGO (pour femmes

 

Les pratiquantes de tango argentin expérimentées savent toutes que le milieu du tango possède ses propres codes, en premier lieu vestimentaires. Or l'élément prépondérant dans la tenue de la tanguera (danseuse de tango), sont les chaussures de tango.

Si vous débutez le tango, vous devrez commencer par investir dans une bonne paire de chaussures de tango. D'abord parce que vous aurez besoin de confort spécialement conçu pour le tango, ensuite parce que ce sont les chaussures de tango qui vous aideront à trouver la posture optimale.

Le tango apparaît au début du 20ème siècle, dans les bordels de Buenos-Aires. Aussi, il n'est guère étonnant que le design de la chaussure de tango, du talon haut à la pointe, en passant par la cambrure, l'échancrure et les attaches, même la couleur (noir, rouge) et la matière (cuir, peaux), cherchent à évoquer à la fois distinction et sensualité.

Les talons

Le talon haut est la pièce maîtresse des chaussures de tango.D'une hauteur généralement comprise entre de 4,5 cm et 10,5 cm, il accentue d'abord la cambrure du pied, ensuite il allonge la silhouette et galbe la jambe. Au delà de ces considérations esthétiques, il projette le bassin en arrière et oblige à une tenue plus droite de la ligne du dos. Il aide également la danseuse de tango à étirer ses jambes des hanches jusqu'aux talons, pour obtenir une gracieuse marche en arrière.

Le talon haut des chaussures de tango se doit aussi d'être fin et pointu, comme la pointe de la chaussure, ceci toujours dans le même but de rendre le pied plus gracieux. Il en existe de nombreux modèles allant du super effilé talon aiguille en titane aux diverses formes de talons bobinés. Dans tous les cas, la pointe ou le talon carré sont totalement rédhibitoires dans un bal tango. Il doit être renforcé derrière la cheville, la couture remontant ensuite jusqu'en haut en une belle ligne droite qui affine la jambe, indiquant par là le bout du long chemin que les tangueros doivent suivre à partir de la pointe du talon.

La semelle

Doit être glissante, en cuir retourné. C'est elle qui permettra de glisser sur le parquet et d'effectuer des pivots gracieux et fluides. On la choisira légère pour réduire la fatigue due à une longue pratique du tango.

L'intérieur des chaussures de tango

Doit être en cuir pour garder un grand confort dans les pirouettes du tango,

 Matière

Les plus utilisées sont le cuir, la peau, le vernis.

 Les couleurs

Le noir, le rouge et le blanc (les couleurs du tango) sont les plus prisées, mais les marques actuelles apportent beaucoup d'originalité et de variété aux nouvelles chaussures de tango.

 La fermeture

Une courroie croisée, en biais ou droite doit bien maintentir la cheville.

 Ouvertes ou fermées

Si vous débutez, il vaut peut-être mieux protéger vos orteils, mais d'autres diront que vos pieds respireront mieux si vos chaussures de tango sont ouvertes à la pointe. A vous alors de trouver les bas qui ne montreront pas trop nettement leur couture.

L'ensemble doit être suffisamment souple pour préserver au maximum le confort et pouvoir danser le tango de longues heures...

A éviter

Les chaussures dites "de danse de salon" à talon de moins de 4,5 cm de hauteur, certes confortables, mais pas suffisamment hautes pour assurer une bonne posture.


Et n'oubliez pas Mesdames que ce sont vos chaussures de tango qui attireront le regard sur votre pied...